Sécuriser son revenu grâce à une assurance chiffre d'affaires



Dans un contexte de fluctuation des prix et d’aléas climatiques de plus en plus fréquents, les acteurs du monde agricole cherchent à développer de nouveaux dispositifs permettant de mieux soutenir les filières agricoles. Parmi ces derniers, Groupama et Océalia proposent chacun une assurance chiffre d’affaires.

L’assurance ‘’Objectif stabilité’’ de Groupama

Cette assurance peut être souscrite pour :

  • le colza,
  • le blé tendre
  • le maïs grain.

Elle permet de sécuriser le chiffre d’affaires à compter du semis en couvrant à la fois la perte de rendement et/ou la baisse des prix.

Le chiffre d’affaires garanti est défini dès le semis selon les modalités suivantes :

  • Rendement historique (complément possible dans la limite de 15 %)
  • Prix du marché à terme le jour de la souscription
  • Application d’une franchise au choix (15 %, 20 %, 25 % ou 30 %).

Si le chiffre d’affaires réalisé à la récolte est inférieur à celui garanti, le mécanisme d’indemnisation est mis en place.

Le chiffre d’affaires à la récolte est le produit du rendement réalisé par le prix du marché à terme à la récolte. A noter que ce dispositif devrait être partiellement subventionnable.

La « Garantie chiffre d’affaires minimum » d’Océalia

Cette assurance peut être souscrite pour :

  • le blé tendre,
  • le blé dur,
  • le maïs,
  • le tournesol
  • le colza.

Son objectif est de garantir la couverture des coûts de production en assurant l’ensemble des risques de perte de rendement ou de baisse des prix.

La mise en place de cette offre est conditionnée :

  • à un contrat de collecte (non exclusif)
  • au respect de l’itinéraire technique fixé avec le conseiller d’exploitation.

En plus des baisses de rendement liées aux aléas climatiques, l’offre couvre également la baisse de prix (défaut de qualité ou baisse du marché) et les baisses de rendements dues aux coupures préfectorales d’irrigation, aux dégâts de gibiers (en complément des fédérations de chasse) et aux ravageurs ou maladies non maîtrisés par les pratiques courantes.

Le chiffre d’affaires garanti est fixé en fonction des coûts de production propres à l’exploitation.

L’indemnisation est déclenchée si le chiffre d’affaires réalisé (rendement moyen de l’exploitation par le prix de vente de la culture concernée à la coopérative) est inférieur au chiffre d’affaires garanti. Il n’y pas de franchise ni de seuil de déclenchement. Un système d’avance sur indemnisation permet à la coopérative d’indemniser les adhérents au plus près des moissons.

Assurer ses cultures : une décision de gestion à ne pas négliger !

Dans un contexte de plus en plus incertain, les dispositifs d’assurance apparaissent comme un levier important pour garantir la pérennité des exploitations agricoles.

Compte-tenu de la diversité de l’offre, chaque exploitant peut trouver un dispositif adapté à sa situation en modulant son contrat en fonction de son niveau de risque et de sa situation financière.


Tags : Assurer ses revenus, fluctuation des prix, revenu agricole, aléas climatiques