17
nov
Goéland

La Charente-Maritime, premier département producteur de coquillages.

Un cocorico départemental ou plutôt … pour faire couleur locale,

  • un piaulement d'albatros
  • un raillement de goéland
  • un doux kek-kek-kek-kek de la mouette pygmée
  • un « rire » de la mouette atricile «ha-ha-ha-ha-haah-haah-haah-ha-ha-ha»
  • un doux «krouck» de la mouette de Franklin
  • un rauque « tee-er » de la mouette rieuse …
  • … et ce n'est qu'un échantillon. La diversités des cris de nos oiseaux de bord de mer est à l'image de la richesse de cette faune maritime, (http://www.oiseaux.net/)

enfin tout ça pour dire que le département de la Charente Maritime est le premier département producteur de coquillages et ce malgré une évolution des effectifs humains en déclin depuis 2001 et une actualité pas toujours souriante.

Dans un contexte de baisse de production suite à des phénomènes de surmortalité du naissain et des huîtres adultes, cela signifie de belles perspectives et un potentiel énorme lorsque le temps sera plus favorable.

A l'approche des fêtes de fin d'année, un espoir apparaît du côté du bassin d'Arcachon, ou on note une baisse de la mortalité des huîtres. Gageons que cette évolution se confirme et se propage dans nos bassins de Charente-Maritime et de Vendée.

Les chiffres

L'étude très complète et documentée est accessible à cette adresse : DRAAF Poitou-Charente Agreste Octobre 2014-16.

Les chiffres reposent sur les recensements de 2001 et de 2012, soit 11 années d'activités économiques dans le secteur de la conchyliculture passées au peigne fin.

La suite de ce post reprend les tendances majeures évoquées et se termine par quelques chiffres sur le CGO. Des chiffres, sur la même période, qui montrent aussi  l'évolution du secteur conchylicole du CGO pour accompagner les professionnels même, et surtout en période tendue.

Les tendances depuis 2001 :

  • Moins d'entreprises (-37%),
  • Plus de formes sociétaires (30%),
  • Moins de personnes travaillent, 6000 sont recensées avec une baisse moyenne de -26 %. Plus de salariés (en réalité moins de baisse d'effectif, -14 %) comparé à la main d’œuvre familiale -41 %.
  • Les surfaces diminuent.

La situation de la conchyliculture en 2012

  • 789 entreprises, dont :
    • 742 élèvent des huîtres,
    • 140 élèvent des moules
    • 30 élèvent des palourdes, des coques …
  • 87 % des entreprises produisent principalement une espèce.
  • Les huîtres creuses représentent la majeure partie de la production,
  • Avec 6000 personnes, c'est à peu près 2500 équivalents temps plein (ETP).
  • 46 ans en moyenne d'âge pour les chefs et les co-exploitants, dont 12 % de femmes.
  • 1/3 du travail total fourni par les femmes,
  • Un niveau de formation en augmentation constante,
  • Une surface moyenne de 6,30ha toutes entreprises confondues, en augmentation.
  • Des surfaces exploitées hors zone, pour le grossissement dans le golfe du Morbihan et le nord Bretagne.
  • 287 millions d'euro de chiffre d'affaires global des entreprises
  • 79 % de ce chiffre d'affaires pour la vente à la consommation
  • 27 % du volume en vente directe.

L’huître creuse est la production par excellence.

Tant en volume qu'en surface, l’huître creuse est la production vedette de la conchyliculture charentaise. Le mode d'élevage principal reste la surélévation sur estran (91 % de tables), à plat sur estran, en suspension ou en surélévation en eau profonde.

78 % des entreprises font du captage de naissains dans le milieu naturel et collectent la moitié du naissain collecté sur la côte charentaise.

De nombreux échanges avec la Bretagne et la Normandie, où les conditions de grossissement sont plus favorables.

80 % des huitres nées en Charente-Maritime partent grossir ailleurs, dont une partie revient pour l'affinage en claires pour bénéficier de l'appellation Marennes-Oléron.

37000 tonnes d’huîtres creuses ont été commercialisées pour la consommation, ce qui représente 47 % du volume national.

Pour les moules, des structures d'élevage en progression

Principalement situées en baie de l'aiguillon entre Charente-Maritime et Vendée.

  • 140 producteurs en Charente-Maritime sur environ 1000 ha.
  • -41 % de producteurs pour +10 % de surfaces exploitées. La production sur filière augmente.
  • 13 000 tonnes de moules vendues pour la consommation (+39% par rapport à 2001) soit 22 % de la production française en 2012.

Et le CGO dans tout ça,

Quelques chiffres sur l'évolution du secteur conchylicole du CGO et des moyens mis en œuvre :

  • Effectifs en 2001, 10 collaborateurs, en 2012, 18 collaborateurs, soit une évolution de + 80 %.
  • Dossiers conchylicoles traités en 2001, 248, en 2012, 475 dossiers soit une évolution de + 92 %.
  • Payes traitées en 2001, 3489, payes traitées en 2012, 9244 soit une évolution de + 165 %.
  • Depuis 2001, le CGO étend ou met en place des services pour répondre à la demande des professionnels concernant la gestion du social, de la paye et des déclarations obligatoires, des demandes d'aides, du conseil d'entreprise

Des dossiers aux quatre coins de la France, pas seulement en Charente Maritime, mais aussi dans le Morbihan avec l'ouverture d'une agence à Vannes depuis octobre 2014, en Normandie, en Bretagne et même dans le Sud-Est ...

Ce n'est pas pour rien, si le CGO se positionne comme le premier centre de conseil et expertise-comptable pour le domaine de la conchyliculture.

Malgré la conjoncture économique, technique et environnementale difficile pour les professionnels de la conchyliculture, le CGO investit toujours plus afin de mettre en place des moyens qui répondent aux attentes de ses adhérents.

L'actualité, plutôt morose, se traduit depuis 2007, par une forte baisse de production suite à des phénomènes de surmortalité du naissain. Et comme si cela ne suffisait pas, depuis 2 ans, la surmortalité s'est étendue aux huîtres de taille marchandes, âgées de 3 ans. Récemment, l'embargo russe apporte lui aussi son lot d'inquiétudes supplémentaires.

Un contexte défavorable qui se traduit dans les chiffres du recensement par de nettes évolutions et montre aussi et surtout la forte capacité de ce milieu professionnel à survivre même en ces temps difficiles.

La Charente-Maritime, premier département producteur de coquillages.


Auteur

  • Partager

  Partager cette information


Infos techniques

Tags : conchyliculture, mytiliculture, huitres, moules, emplois, aides

modifié : 07/03/2017
Publié : 17/11/2014

Articles liés

Thématiques blog


 

Accès Direct

Expertise comptable

Logo de l'Ordre des Experts-Comptables

Le CGO est inscrit à l'ordre des experts-comptables de Poitou-Charentes-Vendée / Bretagne.

Contactez-nous

  • FONTCOUVERTE

    70 route de St Jean d'Angély

    17100

    FONTCOUVERTE

    05.46.93.86.00
  • SAINT-YRIEIX

    287 Route de St Jean d'Angély

    Le poteau

    16710

    ST YRIEIX

    05.45.90.15.00
  • MARENNES

    18 rue des Droits de l'Homme

    17320

    MARENNES

    05.46.85.80.00
  • SURGERES

    ZA de la Métairie

    Rue des Babigeots
     

    17700

    SURGERES

    05.46.07.18.00



  • JONZAC

    8 avenue Monseigneur Chauvin

    17500

    JONZAC

    05.46.48.58.00
  • SAINT JEAN D'ANGELY

    3 Avenue Gustave Eiffel

    Lieu dit parc d'activités ARCADYS

    17400

    SAINT JEAN D'ANGÉLY

    05.46.32.72.00
  • VANNES

    14 Avenue Louis de Cadoudal

    56880

    PLOEREN

    02.97.01.58.00
  • ROCHEFORT / MER

    2 rue du Petit Port Marchand

    17300

    ROCHEFORT / MER

    05.46.88.41.20.

Situez-nous

Carte de localisation des agences du CGO Agence CGO de Vannes 56880 Agence CGO de Saint Yrieix 16710 Agence CGO de Jonzac 17500 Siège Social CGO de Fontcouverte 17100 Agence CGO de saint Jean d'Angély 17400 Agence CGO de Marennes 17320 Agence CGO de Surgères 17700