Flash n° 198 (mars 2008)

1 – Le 30 mai : date à retenir

2 – Frais de mécanisation : calculer son prix de revient moyen

3 – Rappel de nos formations du 2ème et du 3ème trimestre


- Nourrir la population
- Entretenir les paysages
- Produire les matières premières du futur
- Etre support des énergies nouvelles…
L’agriculture que l’on voulait négligeable, prendrait-elle soudainement de l’importance ?
Tout porte à le croire ; on vient de s’apercevoir que l’on pourrait bien avoir faim, avoir froid et devoir marcher à pied. Cela commence à faire peur ! Finalement, on va peut-être accepter de mettre un peu plus dans la soupe et un peu moins dans le téléphone portable, histoire de continuer à exister.

1 – Le 30 mai : date à retenir

- Nourrir la population
- Entretenir les paysages
- Produire les matières premières du futur
- Etre support des énergies nouvelles…
L’agriculture que l’on voulait négligeable, prendrait-elle soudainement de l’importance ?
Tout porte à le croire ; on vient de s’apercevoir que l’on pourrait bien avoir faim, avoir froid et devoir marcher à pied. Cela commence à faire peur ! Finalement, on va peut-être accepter de mettre un peu plus dans la soupe et un peu moins dans le téléphone portable, histoire de continuer à exister.

Je crois que l’Agriculture s’apprête à écrire une nouvelle page de son histoire et nous voulons y participer avec notre journée du 30 mai 2008.

Image
IMPORTANT !...

Trois temps forts :

- de 10 à 17 h : forum de l'énergie

- à 17 h : inauguration de l'extension du bureau de Fontcouverte

- à 18 h 30 : Assemblée générale et conférence "Agriculteur en 2010"

Cliquez sur notre invitation pour plus de détails.

A très bientôt
Jean-Luc JOUVE

2 – Frais de mécanisation : calculer son prix de revient moyen

La mécanisation est un poste lourd dans les charges des exploitations. Elle représente souvent entre 30 et 40 % des charges de structure. L’investissement individuel reste la formule la plus répandue. La détermination du prix de revient d’un matériel est donc intéressante pour pouvoir le comparer à d’autres formules d’équipement.

Pour mieux appréhender le prix de revient « moyen », le Bureau de Coordination du Machinisme Agricole (BCMA) propose une méthode de calcul simple. Cette méthode permet de se faire une idée assez précise et proche de la réalité. Ce raisonnement permet d’investir en évitant les erreurs et les « coups de cœur coûteux » et ainsi préserver les investissements futurs.

L’achat d’un matériel comprend une charge d’investissement que l’on amortit sur plusieurs années et des frais financiers quand il n’est pas autofinancé à 100 %. Mais l’exploitant doit également prévoir les charges de fonctionnement. Ainsi, il se dégage 2 types de charges : les charges fixes (amortissement, frais financiers, assurance, frais de logement) et les charges variables proportionnelles à l’utilisation du matériel (carburant, frais d’entretien et de charges diverses).

Les charges fixes

1 – Amortissement moyen annuel :

Il prend en compte chaque année l’usure et la dépréciation du matériel. Le matériel conserve une valeur résiduelle à la fin de la période d’amortissement.

Cette valeur est déterminée en appliquant une décote annuelle de 10 à 25 % qui tient compte de la durée d’amortissement choisie et de l’utilisation plus ou moins intensive du matériel (Cf. tableau ci-dessous).

flash_198_mars2008_01
Image
REMARQUE !...

L'amortissement d'un matériel dans vos documents comptables diffère de l'amortissement moyen annuel. Il résulte de vos choix fiscaux, et la valeur nette comptable du matériel est nulle à la fin de la période d'amortissement.

2 – Frais financiers :

Le montant des intérêts est assez facile à déterminer lorsque le matériel est financé en totalité par un prêt. Cependant, il semble réaliste de tenir compte d’une rémunération du capital investi pour la partie autofinancée. Ainsi, la méthode retient la formule qui consiste à multiplier la moyenne entre la valeur d’achat et la valeur résiduelle par le taux d’intérêt.
Dans notre exemple : (60 000 € + 16 350 €)/2 x 4 % = 1 527 €

3 – Assurances :

Il suffit de prendre les quittances. Cette charge ne concerne généralement que les automoteurs. Pour un calcul prévisionnel, le coût des assurances peut être estimé entre 0.5 et 1 % de la valeur d’achat.

4 – Frais de logement :

Il est préférable de loger le matériel à l’abri, afin qu’il vieillisse correctement. Une charge de 0.5 % de la valeur d’achat peut être retenue.

Les charges variables :

1 – Carburant :

La consommation est liée à la puissance du moteur. Il faut environ 0.22 litre de fioul pour fournir un cheval pendant une heure. Néanmoins, le moteur est rarement utilisé à pleine puissance. Il faut donc déterminer le taux d’utilisation. Celui-ci peut varier en fonction du type de travaux : tracteur peu sollicité (25 à 30 %), tracteur polyculture/élevage (35 à 40 %), tracteur de plaine, CUMA ou ETA (50 %) et automoteur (70 à 80 %).
La charge horaire est calculée de la manière suivante :
? Puissance x Consommation standard x Taux d’utilisation x Prix du carburant.
Pour notre exemple, on peut retenir un taux d’utilisation de 40 %, soit une charge horaire de :
? 120 cv x 0.22 L x 40 % x 0.60 €/L = 6.34 €/h.

2 – Entretien et réparations :

Ce poste comprend les pièces de rechange, la main d’œuvre d’intervention, les lubrifiants, les pneumatiques.
Pour connaître ce coût exact, l’utilisateur est le mieux placé en totalisant les factures relatives aux matériels considérés. Pour connaître le coût d’un futur investissement, il existe des références moyennes sur les coûts d’entretien (BCMA, chambre d’agriculture, barème d’entraide…).

Image
REMARQUE !...

Le plein emploi d'un matériel réduit son prix de revient unitaire (par Ha, par h). Dans la majorité des cas, la mécanisation partagée (CUMA, entraide, copropriété...) permet d'obtenir des prix de revient plus compétitifs.

Image
REMARQUE !...

Le plein emploi d'un matériel réduit son prix de revient unitaire (par ha, par h). Dans la majorité des cas, la mécanisation partagée (CUMA, entraide, copropriété...) permet d'obtenir des prix de revient plus compétitifs.

3 – Coût d’utilisation :

Le cumul des charges fixes et des charges variables conduit au coût d’utilisation du matériel.

Ce coût peut être ramené à l’heure, à l’hectare ou à la balle selon le type de matériel et ainsi, être comparé à d’autres formules (CUMA, entreprise de travaux agricoles, cercles d’échanges, location…).
Néanmoins, il est important de bien mesurer les avantages et les inconvénients de chaque formule et de tenir compte notamment des conséquences au niveau de la disponibilité de la main d’œuvre, de l’organisation des chantiers…

Enfin, il paraît judicieux également d’intégrer avec votre Comptable, les incidences fiscales et sociales qui sont propres à chaque exploitation (régime des plus-values, imputation des déductions fiscales pour investissement…).

Quelques exemples de coût d’utilisation

flash_198_mars2008_02
flash_198_mars2008_03

Le service Gestion (source A/S)

3 – Rappel des formations du 2ème et 3ème trimestre

flash_198_mars2008_04


Mots clés :

frais de mécanisation, prix de revient moyen, assemblée générale, formations

Dates

Modifié : 03/04/2008
Publié : 03/04/2008


Flash n° 198 - mars 2008

Mots clés

frais de mécanisation, prix de revient moyen, assemblée générale, formations

Dates

Modifié : 03/04/2008
Publié : 03/04/2008

Contenus connexes...