Résultats Optichèvre 2003

En 2003, 23 éleveurs ont participé au suivi technico-économique des troupeaux caprins OPTICHEVRE, réalisé par l'Union Laitière de la Sèvre ( Celles sur Belle 79) avec l'appui du B.T.P.L. (Bureau Technique de Promotion Laitière).

Voici quelques résultats et enseignements de ce groupe (période du 1/8/2002 au 31/7/2003) (modification de la date de début d'exercice pour mieux encadrer une lactation).

1. PROFIL MOYEN DES 23 ELEVAGES

 

Un groupe dans lequel chaque exploitation a des caractéristiques bien à elle !

 

Une moyenne de.....mais des écarts !

 

 

2. LES FOURRAGES : 59 % DE LUZERNE

 

 

(Les céréales autoconsommées par le troupeau caprin ne sont pas inclues dans la SFP)

3. LA REPARTITION DES MISE-BAS

60 % des mises bas chèvres ont lieu en Septembre/Octobre/Novembre, la période de plus en plus prédominante et 24 % ont lieu en Février/Mars.

4.LE LAIT REPRESENTE 94 % DU PRODUIT DE L'ATELIER CAPRIN

 

 

5. PERFORMANCES TECHNIQUES ET LES RESULTATS ECONOMIQUES

 

Ils sont presque maintenus en moyenne en 2002/2003 :

 

- Marge brute Totale Moyenne de l'Atelier Caprin = 63 830 € (variant de 17 280 € à 157 900 €).

- Marge brute/Chèvre présente = 265 €(variant de 140 € à 410 €).

Par rapport à 2002, on note une légère diminution de la marge brute par chèvre ( - 12 €). Les charges un peu moins élevées (-5 €/chèvre), mais la production laitière est moins élevée (-25 L/chèvre) et une moins bonne valorisation du lait (-5 €/1000 litres) contribuent à la baisse du produit brut par chèvre (-17 €) et de la marge brute par chèvre (- 12 €).

 

Image
IMPORTANT !...Comment font les 7 éleveurs qui obtiennent les meilleures marges brutes par chèvres ?

 

Par rapport à la moyenne de groupe, ils produisent plus de lait par chèvre ( + 140 litres), plus de lait d'automne (27 % de lait Octobre-Novembre- Décembre contre 23 %) en utilisant moins de concentrés par litre de lait (620 g de concentrés par litre de lait au lieu de 670 g).
Des fourrages de meilleure qualité, la génétique, la conduite d'élevage, etc… leur permettent d'obtenir un produit par chèvre plus élevé (+ 88 €). Leurs charges (ou investissements) étant peu supérieures (+ 30 €/chèvre) ils obtiennent une marge brute plus importante ( + 80 €).

6.CONCLUSION

Les écarts de marges importants constatés entre les exploitations démontrent qu'il est toujours possible d'améliorer ou de maintenir le revenu par une meilleure maîtrise technique de son élevage.

Cependant, il faut souligner les préoccupations actuelles des éleveurs :

  1. la place de l'atelier caprin dans le projet global de chaque exploitation
  2. les temps de travaux
  3. la maîtrise de la reproduction des chevrettes
  4. le système d'alimentation des chèvres et la production de fourrages de qualité
  5. la maîtrise des niveaux cellulaires
  6. maximiser la recette sur chaque litre de lait en répondant aux besoins de la coopérative donc du marché (qualité, période de production, références …)

Tous ces points sont ou seront à raisonner techniquement, économiquement et de plus en plus humainement au niveau de chaque exploitation, en profitant de la richesse de l'échange en groupe, mais toujours en intégrant une autre dimension déterminante pour la valorisation du lait : la Charte Qualité Producteurs «Fromages de chèvres de SEVRE ET BELLE».



Mots clés :

chèvre, références technico-économiques

Dates

Modifié : 21/09/2009
Publié : 25/05/2005


Résultats Optichèvre 2003

Mots clés

chèvre, références technico-économiques

Dates

Modifié : 21/09/2009
Publié : 25/05/2005

Contenus connexes...