Le CGO au côté des OPA pour alerter les élus sur les difficultés du monde agricole


Partager cet article avec vos amis


Recrutement et offre d'emploi CGO :

Actuellement 4 poste(s) reste(nt) à pourvoir.

Le 27 novembre dernier, l’UDOPA (Union Départementale des Organisations Professionnelles Agricoles) organisait une rencontre entre organisations professionnelles, agriculteurs et élus afin d’alerter ces derniers sur les difficultés rencontrées par l’agriculture en Charente-Maritime depuis plusieurs années.

Résultats agricoles 2016 : un tableau peu réjouissant

S’appuyant sur les chiffres fournis par le CGO à la Chambre d’Agriculture, Luc Servant a ouvert cette rencontre par un panorama des résultats économiques sur 2016 par production en Charente Maritime. Sans surprise, le constat est plutôt amer !

A l’exception de la viticulture, les résultats de l’ensemble des productions sont en baisse par rapport à une année 2015 qui n’avait déjà rien d’exceptionnel. En céréales, le résultat moyen est nul. En élevage bovin, il reste très faible à moins de 10 000 € par unité de main d’œuvre familiale.

Ce dernier est ensuite revenu sur la fluctuation grandissante des cours des produits agricoles et la baisse régulière des aides européennes avant de laisser la parole aux centres de gestion, banques coopératives ainsi qu’à la MSA.

Impact de la PAC : l’exemple d’une exploitation d’élevage

Dans une intervention conjointe CGO-CER, le CGO a fait le choix d’illustrer les difficultés engendrées par la PAC actuelle au travers d’un cas concret. Le choix s’est porté sur un élevage allaitant extensif car il s’agit d’un système fortement dépendant des aides et, a priori, « conforme » aux nouvelles orientations de la PAC.

Mais la réalité est toute autre et le constat est sans appel ! C’est la « triple peine » :

  • Économique avec une baisse de 30 % à l’horizon 2019 laissant présager moins de 10 000 € de disponibilités pour rémunérer le travail des deux exploitants ;
  • Financière avec plus de 20 000 € de retards de paiement sur les MAE… même en tenant compte des avances de trésorerie versées parfois tardivement ;
  • Fiscale avec des cotisations sociales et de l’impôt versés sur des aides pas encore perçues et basés sur des provisions incertaines en l’absence de références ou règles claires.

Au-delà des chiffres, la force des témoignages !

Après les interventions des OPA, quelques agriculteurs, dont certains adhérents du CGO, sont venus témoigner sur leurs difficultés, voir de leur découragement, en dépit de leur amour pour leur métier.

Au-delà de saluer leur courage, ces témoignages poignants renforcent le CGO dans sa volonté d’accompagner aussi ses adhérents dans les périodes difficiles !


Tags : UDOPA, réunion agrciole, crise agricole


L'actualité du CGO
Migration informatique



A lire aussi