12
avr
Traitement bas volume culture colza

Comment réduire l'usage de produits phytosanitaires : le bas volume

Pourquoi les bas volumes ?

C’est le plus souvent au remplissage de la cuve et du trajet jusqu’au champ que vous perdez le plus de temps, Le bas volume vous permet d’économiser du temps de pulvérisation mais aussi un temps de remplissage plus rapide ainsi qu’un gain d’argent car avec un seul bidon vous faites d’avantage de parcelles.

Comment améliorer la qualité de pulvérisation ?

Pour que le bas volume marche correctement il faudra que vous soyez au mieux pour l’application. C’est à dire devenir l’expert des conditions d’application afin de ne pas faire des retours aux parcelles fréquents. Il vous faudra donc vérifier :

  • l’Hygrométrie : un taux d’hygrométrie élevé est plus favorable pour une meilleure absorption du produit car mois de risque d’évaporation de celui-ci.
  • la Température : une température comprise entre 10° et 20° est le mieux car au dessus ou en dessous l’activité de la plante n’est pas stimulé, ce qui réduit fortement l’absorption du produit.
  • Le Vent : l’absence de vent est optimal, pour que se soit idéal, il ne doit pas souffler à plus de 10km/h.

Gérer la qualité de l’eau

La dureté de l’eau a peu d’effet sur les fongicides, insecticides ou herbicides racinaires.

Par contre, l’eau doit être la plus neutre possible pour plusieurs familles d’herbicides foliaires.

Une eau dure a une forte teneur en calcium, magnésium, sodium ou fer, sous forme de cations (Ca++, Mg++…). Ces éléments se lient aux molécules de certains herbicides, neutralisant leur efficacité.

Une simple analyse de l’eau de pulvérisation permet de mesurer sa dureté. Sinon, vous pouvez utiliser de l’eau de pluie qui n’est pas dure.

Bien gérer l’incorporation des produits dans la cuve

Afin d’avoir un bon mélange dans le pulvérisateur, assurer vous de toujours incorporer vos produits dans le bon ordre, souvent du moins soluble au plus soluble. Pour corriger votre eau cela nécessite l’ajouter de sulfates, prenez soin de les incorporer la veille du traitement afin de ne pas modifier l’efficacité des produits mais aussi éviter un mauvais mélange et de risquer un problème mécanique ou chimique.Le remplissage se fait avec agitation, la cuve remplie aux deux tierspour éviter tous débordement.

Garantir la protection des cultures

Les bas volumes vont vous obligé à être plus présents dans les parcelles mais vous aurez au fil du temps un meilleur état sanitaire de vos cultures, ce qui vous permettra de réduire vos interventions. Il faut savoir que ce n’est pas la dose de fongicide qui fait son efficacité mais la qualité de la molécule. En préventif, avant l’apparition des symptômes, une faible dose empêche le développement de la maladie. Alors qu’une dose plus forte proche de l’homologation améliore la persistance du traitement et la qualité thérapeutique.

Pas besoin d’investir dans un nouveau matériel…

Mais le type de buse est capital, elle doit être adaptée au volume d’eau et à la vitesse d’avancement. Trois choses sont importantes à faire :

  • Choix des buses : privilégiez celles en acier inoxydable car elles sont plus résistante aux produits chimiques et durent un peu plus longtemps.
  • Entretien et choix des filtres : les filtres doivent avoir une précision comprise entre 80 et 100 mailles. Les filtres doivent être placés à des endroits accessibles afin de pouvoir faire un entretien régulier.
  • L’entretien du pulvérisateur est fondamental (le contrôle technique doit être à jour).

Des économies de produits phytosanitaires

Une fois maîtrisé, le bas volume permet d’alléger de 30 à 40 % environ la facture en produits phytosanitaires, ce qui n’est pas négligeable dans un souhait de réduction des phytos d’ici 2025 (plan écophyto 2).



Pour tout contact ...


Conseil en gestion d'entreprises Agricoles
Tel : 05.46.93.86.00
Interventions Service Conseil d'Entreprise
gestion@cgocean.com

Comment réduire l'usage de produits phytosanitaires : le bas volume


Auteur

  • Partager

  Partager cette information


  • Rechercher dans les blogs

Infos techniques

Tags : IFT, fongicides, matériels, eau, MAE, produits phytosanitaires, cultures, protection, environnement

modifié : 17/05/2017
Publié : 12/04/2017

Articles liés

Thématiques blog


 

Accès Direct

Expertise comptable

Logo de l'Ordre des Experts-Comptables

Le CGO est inscrit à l'ordre des experts-comptables de Poitou-Charentes-Vendée / Bretagne.

Contactez-nous

  • FONTCOUVERTE

    70 route de St Jean d'Angély

    17100

    FONTCOUVERTE

    05.46.93.86.00
  • SAINT-YRIEIX

    287 Route de St Jean d'Angély

    Le poteau

    16710

    ST YRIEIX

    05.45.90.15.00
  • MARENNES

    18 rue des Droits de l'Homme

    17320

    MARENNES

    05.46.85.80.00
  • SURGERES

    ZA de la Métairie

    Rue des Babigeots
     

    17700

    SURGERES

    05.46.07.18.00



  • JONZAC

    8 avenue Monseigneur Chauvin

    17500

    JONZAC

    05.46.48.58.00
  • SAINT JEAN D'ANGELY

    3 Avenue Gustave Eiffel

    Lieu dit parc d'activités ARCADYS

    17400

    SAINT JEAN D'ANGÉLY

    05.46.32.72.00
  • VANNES

    14 Avenue Louis de Cadoudal

    56880

    PLOEREN

    02.97.01.58.00
  • ROCHEFORT / MER

    2 rue du Petit Port Marchand

    17300

    ROCHEFORT / MER

    05.46.88.41.20.

Situez-nous

Carte de localisation des agences du CGO Agence CGO de Vannes 56880 Agence CGO de Saint Yrieix 16710 Agence CGO de Jonzac 17500 Siège Social CGO de Fontcouverte 17100 Agence CGO de saint Jean d'Angély 17400 Agence CGO de Marennes 17320 Agence CGO de Surgères 17700