Oléagineux et protéagineux, bilan 2015/2016


Partager cet article avec vos amis


Production mondiale

La récolte d’oléagineux pourrait de nouveau être très abondante, notamment en soja avec un nouveau record de production mondiale prévu à 320 Mt contre 319 Mt en 2014/15, essentiellement en raison de la montée en puissance du Brésil.

La production de colza serait, en revanche, en retrait à 66 Mt contre 72 Mt l'an passé.

La production de tournesol devrait se stabiliser autour de 40 Mt.

L’abondance des disponibilités mondiales de soja pèse sur les cours des oléagineux mais dynamise la trituration. L'arrivée du phénomène climatique El Niño, qualifié d’intense par les météorologue, met toutefois le marché sous pression. En dépit du ralentissement de sa croissance économique, la Chine reste le premier importateur mondial de soja (63 % des volumes importés).

Union européenne

La production européenne de colza, estimée à 21,1 Mt, est en retrait de plus de 3 Mt par rapport à l’an dernier en raison, principalement, des conditions météorologiques.

La production européenne de tournesol est estimée à 7,7 Mt en retrait de 1,3 Mt par rapport à 2014. Une progression de 0,1 Mt est attendue pour le soja à 2 Mt.

France

En dépit d’une légère baisse de récolte à 5,2 Mt par rapport à l’an dernier, la France a ravi à l'Allemagne la place de 1er producteur européen de colza.

La production de tournesol a davantage pâti de la sécheresse avec des rendements en baisse de 17 % : elle ne devrait pas dépasser 1,25 Mt contre 1,6 Mt en 2014,avec un rendement moyen de 2T/ha(contre 2.4 T l'an passé).

Le soja cultivé dans l’hexagone sauve la mise grâce à des surfaces en hausse de 28 %.

La production devrait avoisiner 260 000 tonnes malgré des rendements en baisse à 2,3 t/ha contre 3 t/ha en 2014.

Les importations sont également prévues en hausse à 650 000 tonnes, compte-tenu de l’abondance de l’offre mondiale et de prix attractifs pour la fabrication de tourteaux destinés aux fabricants d’aliments du bétail.

Concernant les protéagineux, les surfaces progressent en pois et la production devrait dépasser 600 000 tonnes, en hausse de 15 % par rapport à 2014. La production de féveroles est en revanche, décevante en volume comme en qualité.